Une étude britannique pointe une discrimination omniprésente dans l'industrie de la mode


De nombreuses voix se lèvent depuis des années à travers l'occident pour une société plus inclusive. Une vague qui touche également le monde de la mode. Un an après le mouvement Black Lives Matter, et les engagements annoncés dans le secteur, une étude britannique révèle le triste constat "d'une discrimination omniprésente dans l'industrie de la mode".

Mode Inclusive, un rapport britannique révèle des discriminations dans la mode

Mode Inclusive : des interrogés qui ne se sentent pas représentés dans les campagnes publicitaires 

C'est le All-Party Parliamentary Group for Textiles and Fashion (T&F APPG), présidé par le Dr Lisa Cameron MP qui a mené cette étude en interrogeant plus de 330 Britanniques travaillant dans le secteur de la mode. On y retrouve ainsi les différents témoignages d'un large panel de personnes diverses que se soit de par leur âge, leur couleur de peau, leur origine ou leur morphologie. 

Ainsi, 75,6% des personnes interrogées déclarent que la mode ne représente pas un éventail de morphologie, d'âge et de diversité ethniques ou religieuse. 87,5% ne se sentent quant à elles pas suffisamment représentées dans les campagnes publicitaires, les shootings et sur les podiums. D'un point de vue business, l'étude révèle que les marques qui louperont le tournant de l'inclusion finiront par entâcher leur image jusqu'à perdre des clients. 90% des sondés se disent prêts à soutenir financièrement une marque qui se lancerait sur le crédo de la mode inclusive. Une façon extraordinaire de se rendre compte une fois de plus du pouvoir du consommateur qui a la possibilité de faire changer les choses.

Mode Inclusive, un rapport britannique révèle des discriminations dans la mode

Des discriminations dans la mode qui ne s'arrêtent pas que sur la représentation des modèl.e.s

Mais malheureusement, les discriminations ne s'arrêtent pas uniquement sur la promotion que font les marques de leur nouvelles collections. L'organisation pointe également du doigt les inégalités des chances qui sévissent en interne allant même jusqu'à définir l'industrie de la mode comme étant ségréguée. Une discrimination révélée plus forte auprès des personnes à la peau noire où l'on parle d'un racisme silencieux : remarques déplacées, sous entendus, coups bas... Un Directeur Artistique témoigne ainsi : "Mon parcours professionnel a été beaucoup plus lent que celui de mes homologues blancs. Je ne trouvais pas d'emploi. Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi. Nous avions la même formation et les mêmes diplômes. Lorsque j'ai déménagé à l'étranger, la situation est devenue très différente. J'étais dans un pays qui ne connaissait pas beaucoup les Noirs. Mais j'ai pu très vite progressé en quelques années. Lorsque je suis rentré au Royaume-Uni, ça a été un retour en arrière, des propositions de poste inférieurs à ceux que j'occupais précédemment, des salaires moins élevés.... C'était absolument démoralisant... C'est pourquoi j'ai commencé à travailler en free-lance."

Mode Inclusive, un rapport britannique révèle des discriminations dans la mode

La Modest Fashion un mouvement encore trop peu représenté

Dans le rapport, deux marchés à fort potentiel pour les griffes sont clairement ressortis : la mode unisexe, et la modest fashion (mode pudique). Si de plus en plus de marques ont largement intégré des pièces non-genrées dans leur collection, plus de 85% des femmes musulmanes interrogées expriment ne pas se reconnaîtrent dans les vêtements proposés sur le marché. Au vue du potentiel que représente la Modest Fashion (360milliards de dollars en 2023) nous ne sommes pas sans penser que les marques sauront vite prendre le tournant. Le plus important à ne pas oublier est de soutenir les marques qui proposent de la modest fashion en ayant compris les valeurs qu'elle transcende. On retrouve notamment celles proposées dans le catalogue de Ordestie. On sait également, grâce aux témoignages de modèles telles que Halima Aden ou encore Rawdah Mohammed que l'industrie doit clairement apprendre à comprendre les codes qui entourent le foulard et ne plus l'utiliser comme un simple outil marketing. Néanmoins, on s'arrêtera sur le témoignage anonyme d'un designer : "Le marché (de la Modest Fashion) est énorme et il y a tellement de place pour la créativité, mais il est si difficile d'en parler lors des réunions ou d'aborder la rhétorique anti-islamique de peur de passer pour un sympathisant du terrorisme. C'est aussi simple que cela". Un témoignage qui soulève une fois de plus les lourds amalgames autour de la communauté musulmane.

 

 


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés