Sport : Quand l'infantilisation de la femme musulmane s'instaure


Après avoir été refloué lors de la mise en place de la loi sur le séparatisme, l'amendement interdisant le port du voile pour les compétitions sportives refait surface au sénat.

Sport : Quand l'infantilisation de la femme musulmane s'acharne.

Le sport pour toutes, ou le débat de trop.

Pendant que le milieu sportif se réveille de plus en plus, quant à son ouverture et surtout son accès aux femmes au travers d'une évolution longue, le Sénat, lui, remet sur la table l'interdiction du port du foulard lors de compétitions et d'événements sportifs. On pensait le sujet traité, puisque mis de côté lors du vote de la loi sur le séparatisme, mais le sénat, dont la majorité est affiliée au parti de droite Les Républicains, a voté ce mardi un amendement interdisant "le port de signes religieux ostensibles" lors d'événements sportifs et compétitions sportives organisés par les fédérations sportives et les associations affiliées".

Un amendement qui exclut les femmes qui portent le foulard des compétitions sportives

Comme tout sujet politique visant les signes religieux, cet amendement concerne une fois de plus principalement les femmes musulmanes qui portent le foulard. Acte totalement assumé puisque lors du vote de la loi sur le séparatisme qui proposait initialement ce même amendement, le sénateur de l'Isère Michel Savin issu du parti Les Républicains affirmait déjà "si le port du voile n'est pas explicitement interdit, on pourrait voir émerger des clubs sportifs communautaires promouvant certains signes religieux". Le ministère des Sports s'était à l'époque opposé et l'Assemblée Nationale n'avait pas retenue l'amendement lors du vote. Nous aurions pu espérer le sujet clos, mais mettez le à la porte et il passe par la fenêtre ! Cette fois c'est sous couvert de l'examen de la loi "Démocratisez le sport" (contradictoire n'est ce pas ?) que le Sénat s'accroche pour faire interdire aux femmes musulmanes qui portent le foulard l'accès aux compétitions officielles et à tous les événements sportifs affiliés aux fédérations. L'occasion, si cet amendement est accepté par l'Assemblée Nationale, d'exclure du milieu sportif fédéral et des associations qui le composent, les femmes concernées.

Sport : quand l'infantilisation de la femme musulmane s'acharne. Interdiction du port du foulard au sport

Un texte qui a peu de chance de passer

Alors que la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineau, a donné un avis défavorable à cet amendement, c'est l'Assemblée Nationale qui aura le dernier mot sur le sujet. En effet, le Sénat a voté l'amendement interdisant le foulard en milieu sportif, mais c'est bien l'Assemblée Nationale qui a le pouvoir de sa mise en application ou non. Celle-ci étant majoritairement composée de membres du parti de La République en Marche, elle devrait très probablement se ranger du même avis que la Ministre des Sports en supprimant cet amendement du texte final. Bien que cela puisse être rassurant, on ne peut s'empêcher de relever cette obsession pour les politiques et plus largement pour une partie de la société de vouloir décider pour les femmes ce qui est mieux ou non pour elles-mêmes au delà de leur propre opinion. Et ce au passant outre les réglementations qui leur autorisent cette liberté. L'exemple le plus concret mis en avant par les Hijabeuses est celui de l'interdiction faites pour les footballeuses françaises de jouer en portant le foulard alors même que le règlement international de la FIFA le permet ! Depuis le 1er Novembre 2021, les Hijabeuses ont saisi le Conseil d'Etat pour faire valoir leur droit de jouer au football en compétition officielle en portant un hijab de sport. Un verdict positif pourra faire office de jurisprudence pour les autres disciplines. L'association recherche actuellement des personnes, des sportives, des associations, qui souhaiteraient se joindre au recours, vous pouvez prendre contact directement avec les membres sur instagram en remplissant leur formulaire d'adhésion.

Les femmes considérées trop couvertes dans les compétitions sportives est par ailleurs un sujet qui ne s'arrête pas qu'au foulard puisque l'on se souvient encore de l'affaire des bikinis troqués contre des shorts par des joueuses de beach handball professionnelles qui avaient en retour écopées d'une amende sévère. 

Une manière d'infantiliser une fois de plus la femme jusque dans le choix de sa tenue de sport qu'elle ne serait visiblement pas en mesure de choisir elle même.

Sport : quand l'infantilisation de la femme musulmane s'acharne. Interdiction du port du foulard au sport

D'autres mesures restrictives à l'égard des femmes

Dans le cadre de ce texte "Démocratisez le sport" d'autres sujets interpellent : le gouvernement a ainsi demandé aux sénateurs de revenir sur une mesure votée en commission au Sénat visant à imposer l'instauration de douches et de vestiaires dans de futurs locaux. Une disposition oh combien importante pour permettre un accès plus favorable à la mixité dans certains sports. Jacqueline Coly, sportive activiste, pointait justement du doigt lors des dernières soul sessions organisées à l'occasion du PopUp Store d'ORDESTIE, le combat mené dans le milieu du football féminin pour la mise à disposition de vestiaires féminins permettant ainsi aux femmes des conditions décentes pour accéder à ce sport. Les sénateurs n'ont pas adopté l'amendement du gouvernement, mais ont tout de même retouché la mesure en la limitant à la douche et en retirant les vestiaires.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés