RESERVEZ VOS BILLETS POUR LE CONCEPT STORE 3-4 DECEMBRE ICI

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"

mars 21 2022 – Salla DEMBELE

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"
Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"

Influenceuse, multi-entrepreneure et ambassadrice de l'Oréal, Salima Aliani nous raconte son parcours.

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"

Elle a fait de sa passion son métier, Salima Aliani est une figure incontournable de la beauté. Son parcours est une source d’inspiration. Après s’être essayée au monde de l’entreprise, Salima a vite réalisé qu’elle était faite pour entreprendre et crée son entreprise de mise en beauté des mariées.En 2015, elle remporte le concours international L’Oréal. Make-up artist de la marque et rejoint le cercle fermé de ses ambassadrices. Aujourd’hui, Salima est sur tous les fronts : collaboration avec les grands noms, chaîne YouTube, influenceuse, elle crée également sa marque de faux-cils et de prêt-à-porter.

Elle confie à Ordestie son parcours inspirant de LeadHer. Déconnectez-vous, installez-vous confortablement et inspirez ! 

SAMYA B. : Peux-tu nous dire qui se cache derrière Salima Aliani ? 
Salima Aliani : Je suis Salima Aliani, j’ai 30 ans et maman de deux petits garçons. Je suis make-up artist, créatrice de contenu digital et je fais également de la photo beauté. J’ai sorti ma marque de faux cils ainsi qu’une marque de prêt-à-porter dont la première collection a été lancée en octobre dernier et pour laquelle je crée moi-même les modèles. Originaire de Troyes et cadette d’une famille composée de 8 filles, j’ai toujours baigné dans un univers empreint de féminité et de créativité. 

SAMYA B.: Quel est ton parcours pour être arrivée où tu es aujourd’hui ? 

Salima Aliani : Déjà petite, je dessinais et j’aimais créer mais sans avoir l’ambition d’en faire mon métier en raison du contexte culturel et familial. Du coup, j’ai visé la stabilité et entamé des études pour être assistante manager. Une fois dans la vie active, j’ai très vite réalisé que ce n’était pas pour moi, il n’y avait aucune créativité dans mon activité. J’ai donc décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion : le make-up. C’était un vrai pari car en 2011, l’entreprenariat n’était pas aussi répandu qu’aujourd’hui, surtout dans ma région. J’ai débuté dans l’évènementiel avec les mariages… Je m’attachais à être appliquée dans mon activité, ce qui fonctionnait car des personnes de différentes régions venaient me voir pour se faire maquiller. J’ai créé ma page Facebook, je postais des photos de mes make-up et petit à petit ma communauté s’est agrandie. Naturellement, je suis devenue Ziana (chargée de la mise en beauté, l'habillement et l'accompagnement de la mariée, NDLR) je m’occupais de l’embellissement complet de la mariée. Je créais moi-même les tenues marocaines pour les mariées ainsi que des tenues pour les invitées. Je me suis entièrement investie en allant me sourcer au Maroc, en Hollande, en Belgique... en travaillant en étroite collaboration avec les couturiers pour avoir des créations que je voulais. J’ai aussi pris des cours de couture pour avoir des connaissances techniques. Puis en 2015, j’ai participé au Concours International L’Oréal Paris. A la clé, le titre de make-up designer de la marque pendant un an. Je ne pensais pas gagner, alors, je me suis dit que j’allais profiter de cette aventure et peu importe le résultat. Du coup, j’ai abordé cette compétition avec moins de stress et j’ai gagné ! Ce concours a changé ma vie. Pendant deux ans, j’étais la make-up designer de l’Oréal Paris. Ce rôle consistait à être la make-up artist égérie de la marque.

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"
Aujourd’hui, je suis toujours ambassadrice L’Oréal mais je vole de mes propres ailes et je collabore avec d’autres marques make-up. J’ai aussi lancé ma marque de faux cils pour travailler avec des formes que j’affectionne et qui s’inscrivent dans mon style make up. Depuis peu, j’ai créé ma marque de vêtements avec une première collection lancée en octobre dernier. Aujourd’hui, je suis entrepreneure avec les challenges que ça engage comme l’équilibre entre vie perso et vie pro. 

SAMYA B.:  Tu te destinais au monde de l’entreprise, quel événement a été le déclencheur de ton changement de parcours ? 

Salima Aliani : Lors d’un évènement, je regardais une personne se faire maquiller. Tout en observant, je me suis dit « je peux le faire ! ». J’ai dépassé mes peurs et je me suis lancée. Lors de mon premier essai sur une mariée, elle m’a dit que c’était exactement ce qu’elle voulait. Ça a été un déclic ! J’ai cru en moi. J’ai donc travaillé pour avoir ma propre signature maquillage en sublimant la femme avant tout avec un make-up neutre sans forcément l’assortir aux tenues. A l’époque c’était un concept innovant.

SAMYA B.: Quels sont les principaux freins personnels et extérieurs que tu as dû surmonter pour atteindre tes objectifs ?

Salima Aliani : Moi-même. Je suis convaincue que nous sommes notre premier frein nourri par les peurs et les questionnements. Encore aujourd’hui, je suis mon propre frein. La peur est naturelle lorsque l’on veut se lancer mais il faut la dépasser car qui ne tente rien n’a rien. Les erreurs sont inévitables, l’essentiel est d’apprendre de ses erreurs et de faire preuve de ténacité.La critique fait partie du parcours de l’entrepreneure, elle peut venir de toute part et concerner nos produits, nos prix… Dans les débuts, nous sommes nombreuses à avoir eu le réflexe de vouloir faire plaisir à tout le monde et d’apporter des modifications à chaque remarque. Je l’ai d’ailleurs fait. Au fur et à mesure, on apprend à se faire confiance, à valoriser ses produits et à prendre conscience de sa valeur ajoutée. La réussite ne s’obtient pas du jour au lendemain. C’est le fruit de beaucoup de travail, le chemin est semé d’épreuves, les échecs sont nombreux avant d’atteindre notre objectif et de réussir. Par exemple, j’ai mis un an et demi pour lancer ma collection de prêt-à-porter. Pour obtenir ce résultat, il y a eu de nombreux essais, des échecs… Mais j’apprends de mes erreurs pour progresser. Je suis consciente que je vais encore faire des erreurs, ce sont les règles du jeu. D’ailleurs, c’est ce qui est challengeant et qui me pousse à me dépasser. 

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"
Un autre frein que j’ai rencontré, c’est la contrainte financière pour former dans une école de maquillage. Cependant, j’ai fait de ce frein, une force. J’ai décidé de me former seule. Pour cela, je regardais les photos de stars et je faisais en sorte de reproduire le même résultat.  Ça m’a demandé beaucoup de temps et de travail mais j’ai réussi. 
SAMYA B: Quelles sont les ressources qui te permettent de garder le cap ? 
Salima Aliani : Mon mari qui est mon associé. Il me booste lorsque je suis démotivée. Nous sommes parfaitement complémentaires, il s’occupe des parties opérationnelle, stratégique… et je me consacre entièrement à la création. Mon équipe est aussi une ressource. Je ne suis plus seule et dans les moments où je suis moins énergique, elle me motive. Et puis, le fait de savoir que des personnes comptent sur moi me donne du boost. Ma communauté est aussi une force. Il y a beaucoup de bienveillance qui émane des personnes qui me suivent. Lorsqu’on est entrepreneure, rien n’est acquis, on peut tout perdre très vite. Ma famille est mon socle et me permet de prendre du recul. Mes enfants sont aussi ma source de motivation. Je souhaite leur transmettre le sens du travail et que l’on n’a rien sans rien. Mon éthique est aussi une ressource dans mon travail. Je ne veux pas céder à l’appel du gain et pervertir mes principes. Je veux être en accord avec ce que je fais. Enfin ma foi, ma spiritualité me permet de méditer et de revenir à l’essentiel.

SAMYA B:  De quoi es tu es la plus fière ? 

Salima Aliani : Ma famille. Lorsque je regarde mes enfants, je suis fière. 

Je suis aussi fière de mon parcours professionnel évidemment et de mes réalisations. Je suis reconnaissante de l’héritage transmis par mon père comme le goût d’apprendre par soi-même et de créer. Comment ? Chaque année, nous avions un nouveau caftan pour les mariages, mon père nous demandait d’imaginer les coupes, de dessiner les modèles, puis nous allions acheter le tissu pour les faire confectionner par les couturiers … j’avais 10 ans et je créais déjà !

SAMYA B :  Quelle est ta définition du Leadership ? 

Salima Aliani : Les qualités d’une leader c’est être à l’écoute, savoir communiquer, savoir déléguer dans le cas contraire ça peut être très difficile de pérenniser son activité. À mon sens, la discipline est la clé du succès des personnes qui ont réussi. Elles se lèvent tôt et planifient ce qu’elles ont à faire. La planification est très importante pour gérer son temps et ses tâches. Il y a un temps pour tout : le travail et la vie personnelle. Je suis work addict et j’ai eu du mal à m’imposer une limite dans le travail, ce qui je pense arrive à toutes les entrepreneures. Or, cet équilibre va contribuer à la pérennité de notre activité. Il est également primordial de se fixer des objectifs. Et pour cela, il faut avoir une vision. Se poser les questions : où je veux aller et que dois-je faire pour y aller. Ainsi, on se fixe des petits objectifs pour atteindre l’objectif principal.

Aujourd’hui, je fais appel à un consultant pour nous accompagner dans cette démarche.  Au sein de mon équipe, je fais en sorte de la guider tout en étant à l’écoute. Je suis convaincue que lorsque les membres d’une équipe se sentent bien et nous font confiance, ils peuvent nous suivre et donner le meilleur d’eux-mêmes. C’est pourquoi, il est important de donner du sens à ce que chacun réalise et pour cela la communication est essentielle.  Bien que nous soyons une petite entreprise, nous adoptons le modèle des grandes dans l’organisation, la rigueur, la cohésion d’équipe. 

Salima Aliani : "J’ai décidé de tout arrêter pour me consacrer à ma passion"

SAMYA B:  Tu es une icône dans le monde de la beauté, que souhaites tu transmettre et quelle empreinte aimerais tu laisser ? 

Salima AlianiEn quelques mots : de la motivation, de la bonne humeur, de l’espoir. Je ne suis pas vraiment consciente de ce que je représente, c’est à travers les messages que je réalise ce que j’apporte. Je suis comme un espoir pour les autres, notamment à travers mon parcours, les obstacles que j’ai surmontés, de m’être lancée en autodidacte, de ne pas avoir lâché. Je suis une personne très curieuse et j’apprends beaucoup des autres. C’est aussi ce que j’essaie d’inspirer. Dans mes tutos, je souhaite partager des gestes beauté pour se sentir mieux dans la vie de tous les jours. Je suis portée par la volonté de bien faire les choses et d’apporter le meilleur dans mes réalisations. Dans le prêt-à-porter, je me dis que les femmes ont envie, comme moi, d’être bien dans leurs vêtements et être élégantes. Je veux leur proposer des produits de qualité et tendance. Enfin, j’aime tout simplement prendre du plaisir et le transmettre pour que les gens se sentent mieux. Tout cela me fait du bien. 

SAMYA B: Quels précieux conseils donnerais-tu aux femmes pour atteindre leur objectif professionnel ?  

Salima AlianiNE PAS LÂCHER !  Ce n’est pas facile certes, il y a beaucoup de sacrifices, de temps et d’investissement. Rester focus sur ses objectifs, sans se comparer à la concurrence. Dans l’entreprenariat, il est de bon ton d’avoir de la bienveillance à l’égard de la concurrence car elle peut nous apporter. L’aigreur, la peur de la concurrence peuvent mener à la perte. Il faut se faire confiance, aimer ce que l’on fait et croire en son Destin. Si une chose nous est destinée, rien ne pourra faire obstacle. Avec le temps j’ai aussi appris à me renforcer et à savoir dire non. Aujourd’hui, je suis bienveillante envers moi-même et je dis ce que je pense. C’est comme cela que l’on se fait respecter. 

SAMYA B:  Si tu devais citer 3 femmes inspirantes, qui seraient-elles ?

Salima AlianiMa mère qui a réussi à élever 8 filles et a fait preuve de beaucoup de patience. Mes 7 sœurs, mes grandes sœurs que j’ai regardé s’habiller, se coiffer, se maquiller. Et puis toutes les femmes, à leur manière, connues ou pas, qui m’inspirent pour ce qu’elles incarnent et ce qu’elles font. 

Rencontrez Salima Aliani et découvrez ses deux marques de prêt à porter et de cosmétique à l'occasion du Modest Fashion Store d'ORDESTIE le 09.04.22 à Paris. Infos et Inscriptions >

À propos de l'Autrice
 
Samya B. est une âme curieuse. Passionnée par divers univers comme les médecines douces, le crossFit, la lecture, elle est aussi une adepte du digital, domaine dans lequel elle aspire à s’épanouir comme product owner.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Tous les commentaires du blog sont vérifiés avant d'être publiés