Grenoble : quelles sanctions pour port du Burkini ?


Des opérations piscine pour toutes menées à Grenoble en bikini et burkini

Les 21 et 22 Juillet derniers, l'Alliance Citoyenne menait deux opérations burkini aux piscine de Jean-Bron et Des Dauphins à Grenoble. Le but ? Réclamer le droit de choisir leur maillot de bain : maillot de bain couvrant, à manches longues, à manches courtes, peut importe, le maître mot, c'est la liberté. C'est donc un groupe de 32 militantes qui se sont rendues à la piscine dans des tenues de bain plus ou moins couvrantes afin de clamer leur liberté de se baigner.

“C’était 20 minutes de bonheur. Les gens nous ont applaudi lorsque nous sommes entrées dans l’eau avec nos maillots de bain couvrants” explique Naïma qui a pu se baigner dans une piscine publique pour la 1ère fois depuis 10 ans. Six autres femmes l’ont accompagné, certaines en maillot de bain couvrant, d’autres en bikini. Elles ont pu entrer dans la piscine après avoir acheté leur ticket de réservation, puis s’être changées dans les vestiaires. Voyant leur maillot à manches longues, les agents ont essayé de les empêcher, mais elles se sont faufilées dans une entrée vacante. Finalement, six femmes se sont baignées. Mais des vigiles ont violenté les femmes. “L’un d’eux m’a bousculé, et presque arraché le bras!” explique Taous, une des participantes. “Un agent m’a poussé violemment” affirme Naïma, une autre participante.

Nike x Muslim Sisterhood Modest Swimwear Collab | HYPEBAE

Crédit photo : Aisyah Octavia pour Nike

Après l’action de désobéissance civile, les militantes se sont rendues à la Mairie pour rencontrer le Maire. “On veut lui montrer les vidéos où le vigile nous bouscule. Puis surtout, on veut qu’ils nous reçoivent pour que l'on discute enfin du fond du sujet avec lui”. “Moi, la directrice de la piscine m’a demandé d’ouvrir mon sac et de montrer mon bas de maillot, puis j’ai dû soulever mon T-shirt pour montrer mon haut, c’est humiliant” rapporte Soumaya. Après plusieurs minutes de négociations devant la porte du bureau du Maire de Grenoble, elles ont été reçues par Annabelle Bretton (Maire Adjointe). Face au groupe, la Maire-adjointe, s’est engagée à faire remonter la demande de rendez-vous au Maire et à faire toute la lumière sur la violence subie par les citoyennes (source instagram Alliance Citoyenne)

Des sanctions pour port du burkini et manifestation pour les libertés

Néanmoins, c'est un tout autre discours qui est rapporté par Le Dauphiné qui titre : "Opération burikini à Grenoble : Il y aura des sanctions" après une entrevue avec cette même élue, adjointe à la démocratie ouverte. Lors de cette interview, Annabelle Bretton assure qu'il y aura des sanctions après les opérations menées. « Cela peut aller de l’amende, à l’exclusion pour 2 mois de la piscine », a-t'elle précisé.

« Nous avons les noms des personnes contrôlées à la sortie, nous pouvons donc agir. Nous sommes en cours d’instruction sur le nombre d’infractions commises (tenue non adaptée, baignade non autorisée, etc.), et les personnes en cause vont recevoir leurs sanctions par courrier. Cela peut aller de l’amende, à l’exclusion pour 2 mois de la piscine. Il n’y a pas eu de verbalisation immédiate après les actions car nous voulons être rigoureux, pour éviter tout recours. Nous faisons les choses calmement, même si l’on est bien conscients que l’objectif est de nous pousser à la faute ».

L'Association ne se laisse pour autant pas impressionnée et déclare “On reviendra très vite pour se baigner à nouveau, parce que les règlements sont discriminants. On est déterminées comme jamais à faire entendre notre voix".

Elles lancent un appel à la lutte pour les libertés des femmes sur leurs Réseaux Sociaux.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés