La Fast Fashion doublée par l'ultra-fast-fashion et son esclavage moderne


En début d'année 2021, dans son reportage "les dessous de la mode à bas prix" ARTE levait le voile sur les conditions de travail des ouvrier.e.s dans les usines de Liescter en Angleterre. On aurait pu penser que ce dernier amènerait à un éveil des consciences, mais, tout comme la révélation de la collaboration de Zara avec des ateliers Ouïghours, l'engouement pour la fast-fashion et les marques inquiétées ne s'est pas arrêté, bien au contraire. 

La fast fashion dépassée par l'ultra fashion et son esclavage moderne

Shein campaign

Boohoo investi 500 millions de livres sterling pour la création d'emplois malgré les accusations d'esclavage moderne

Boohoo, qui détient entre autres les marques Pretty Little Thing ou encore Dorothy Perkins, fait parti de ces marques accusées d'esclavage moderne ces derniers mois. Malgré une enquête interne et la rupture de contrats avec plus de la moitié de ses ateliers, le groupe s'est à nouveau retrouvé sous le feu des critiques. Selon Sky News, une employée d'une usine approuvée par Boohoo a ainsi affirmé que son employé la forçait à rembourser une partie de la somme qui lui était versée sur sa paye. Un moyen pour le patron de continuer de payer ses employé.e.s en dessous du salaire minimum. Le Groupe, qui avait été menacé par les Etats-Unis de ne plus pouvoir exporter dans le pays, a indiqué continuer de suivre de près ses fournisseurs n'empêchant pas ces dérives inacceptables. Malgré ces scandales, la firme a connu un bon énorme en 2020 pendant la crise grâce à ses prix cassés et continue de toucher de plus en plus de personnes.

Shein créé la fast-fashion et reste mystérieuse sur son fonctionnement

C'est Zara qui a longtemps mené la danse de la mode jetable à petits prix avant d'augmenter ses prix et de se faire doubler par Primark et ses robes à 5€. Un nouvel acteur est rentré dans la ronde imposant une cadence de production encore plus élevée et des prix ultra-bas : Shein. Incontournable sur les réseaux sociaux, la marque a réussi à se faire une place sur le marché international dépassant même Amazon sur l'app store, révèle le site Vox. Une tendance qui démontre que malgré les pré-occupations orientées autour de l'écologie attribuées aux jeunes générations, l'attirance pour les produits bas de gamme à prix cassés de ce public persiste.

CNN a cherché à mieux comprendre les dessous de ce groupe, toutes leurs demandes d'interviews auprès des investisseurs et dirigeant ont été refusées. Ces derniers laissent ainsi planer le mystère sur la clé de leur succès. Volonté très certainement motivée par le fait de cacher le modèle de production. Avec des nouveautés lancées en moins de dix jours, contre 3 semaines pour Zara, Shein impose l'ultra-fast-fashion supposant de faibles salaires, des conditions de travail difficiles, des déchets en surnombre, des pièces de qualité faible, ... on peut comprendre que le silence soit de mise.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés