8 mars : une journée pour défendre les droits de toutes les femmes ?


Les femmes mises à l’honneur la journée du 8 mars : zoom sur la naissance d’une célébration annuelle

Crédit @ALJT

 Le 8 mars, journée internationale du droit des femmes, qui ne résonne pas pareil partout et pour tout le monde. Pour certains cela signifie recevoir des roses, pour d’autres des revendications. Le collectif 11 droits des femmes l’a d’ailleurs clairement exprimé : "pour le 8 mars, on ne veut pas de roses, on veut des droits"  Cette journée consacrée à la réduction des inégalités entre hommes et femmes offre un coup de projecteur aux sujets oubliés le reste de l’année. Quand on sait que cette année 2022 a commencé le 1er janvier avec déjà 3 féminicides, pourquoi une attention particulière le 8 mars?

Retour sur une date historique 

Clara Zetkin

La Journée internationale des femmes est née de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européens et américains. Tout commence Le 28 février 1909, quand on a inauguré aux Etats Unis "the National Woman's Day"
L’année suivante, Clara Zetkin, figure incontournable de l’histoire du féminisme, propose alors de renouveler la célébration pour revendiquer le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. 

En 1975, l’Organisation des Nations unies adopte une résolution enjoignant à ses pays membres de célébrer une « Journée des Nations unies pour les droits des femmes et la paix internationale » qui sera appelée « Journée internationale de la femme ». En France, on attendra 1982 pour que le gouvernement de François Mitterand officialise cette journée avant qu’elle ne soit controversée. Certaines féministes remettent en question l’intitulé de cette journée qui justifierait de continuer d’attribuer aux femmes un rôle dégradant. Des opérations marketing sexistes (réalisées par des hommes?) s’invitent à cette journée et mettent en vedette un idéal physique féminin en promouvant des produits de beauté : cadeaux, fleurs, parfums qui risquent d’en détourner le sens symbolique.  C’est pourquoi le nom a été révisé en France pour : Journée internationale des droits des femmes pour rappeler qu’elle représente l’égalité femmes hommes.



Crédit @Marie-France Zicot

Une journée pour toutes les femmes ?

crédit @Vogue

Cette journée est donc dédiée à l’égalité hommes femmes et cela passe par des revendications contre les violences conjugales et sexistes, les discriminations et pour les droits des femmes dans le monde. Pourtant, en France, pays des droits de l'homme, les inégalités salariales sont toujours là, les féminicides augmentent et les dépôts de plainte restent souvent sans suite. Pour preuve, très récemment un policier à été entendu à son insu insulter de p*te une femme qui déposait plainte pour viol. Une anecdote qui montre bien qu’en 2022 il reste encore du travail avant de faire avancer les choses. On se demande donc pourquoi ce travail pour éveiller les consciences n’a pas lieu les 364 jours restants de l’année ?

Si cette journée signifie aussi la liberté de la femme à disposer de son corps comme elle le souhaite, il semble que pour certains, notamment en France, la règle ne s’applique pas pour toutes. On s’en est rendu compte avec les hijabeuses à qui l’on a voulu interdire de jouer au foot.

Force est de constater que cette règle est donc sélective, toutes les femmes ne se sentant pas représentées et c’est pour cette raison que l’on a vu émerger le World Hijab Day inauguré en 2013 et qui a fêté le mois dernier son 10ème anniversaire. 

Une journée créée pour combattre les stéréotypes sur les religions et les femmes portant un voile. Et de ce côté aussi il semblerait qu’il y ait un travail à faire puisque l’initiative a également été critiquée en faisant un parallèle avec les femmes iraniennes qui revendiquent le droit de ne pas porter le voile. 

Mais finalement ne peut-on pas défendre les droits de toutes les femmes quel que soit leur choix?

 

À propos de l'Autrice
HADIA C.

Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés